La mémoire vive, halte aux lenteurs

La mé­moire vive, ap­pe­lée RAM (Random Access Memory) pour mé­moire à ac­cès di­rect, est une mé­moire vo­la­tile pré­sente dans de nom­breux pé­ri­phé­riques. Dans cet ar­ticle, on se pla­ce­ra seule­ment au ni­veau d’un or­di­na­teur.

Une mé­moire vo­la­tile im­plique que toutes les don­nées en­re­gis­trées des­sus se­ront ef­fa­cées à chaque re­dé­mar­rage du sys­tème. Voilà pour­quoi tout re­fonc­tionne à nou­veau quand on re­dé­marre un or­di­na­teur :-D

L’intérêt

La RAM est uti­li­sée par un sys­tème d’exploitation afin d’y sto­cker des in­for­ma­tions à trai­ter. La vi­tesse de lec­ture dans la mé­moire vive étant plus ra­pide qu’un disque dur, son uti­li­sa­tion a été pri­vi­lé­giée pour ac­cé­lé­rer le lan­ce­ment des ap­pli­ca­tions et rendre ain­si par la même oc­ca­sion les trai­te­ments quasi-instantanés.

Sans la mé­moire vive, le disque dur pas­se­rait la ma­jeure par­tie de son temps à tour­ner sans en fi­nir et ef­fec­tue­rait des tâches à ré­pé­ti­tion (cher­cher, char­ger…) à chaque ins­truc­tion, ce qui cau­se­rait la panne ra­pide du disque dur.

Lorsque la mé­moire vive est pleine et pour évi­ter tout plan­tage, un fi­chier de pa­gi­na­tion est crée par le sys­tème d’exploitation sur le disque dur pour rem­pla­cer pro­vi­soi­re­ment la mé­moire vive. Cependant, les per­for­mances sont très faibles en rai­son de la len­teur du disque dur, on dit sou­vent que l’ordinateur RAM. Pour ré­soudre ce pro­blème, on est sou­vent contraint de fer­mer des ap­pli­ca­tions ou à re­dé­mar­rer l’ordinateur.

Le choix

L’ajout d’une nou­velle bar­rette est tou­jours bé­né­fique, mais il n’est pas tou­jours pos­sible. On doit no­tam­ment faire at­ten­tion au choix de la taille, la ver­sion, la fré­quence, le for­mat ou en­core le nombre d’emplacement en­core dis­po­nible. Toutes ces condi­tions sont in­dis­pen­sables à vé­ri­fier avant d’installer une nou­velle bar­rette.

En gé­né­ral, c’est la carte mère qui fixe ses pa­ra­mètres. Pour connaitre toutes ses in­for­ma­tions, un pe­tit pas­sage sur la page du construc­teur de la carte mère ou de l’ordinateur est né­ces­saire.

Une carte mère est le point cen­tral d’un or­di­na­teur, elle in­ter­con­necte tous les com­po­sants entre eux.

La taille

Les bar­rettes de mé­moire ne sont pas dé­fi­nies aléa­toi­re­ment. Elle est dé­ter­mi­née par une puis­sance de 2. On au­ra donc tou­jours des bar­rettes de mé­moires de la forme 512Mo : 2^9, 1024Mo : 2^10…

Plus il y a de la mé­moire et plus vous au­rez la pos­si­bi­li­té d’ouvrir de nom­breuses ap­pli­ca­tions si­mul­ta­né­ment sans len­teur et sans re­dé­mar­rage.

La version

Le type de bar­rette le plus uti­li­sé dans nos or­di­na­teurs est le DDR SDRAM. Actuellement, nous sommes à la 3e gé­né­ra­tion dé­fi­nie par la DDR3 SDRAM. Une 4e gé­né­ra­tion est même en cours…

Plus nous mon­tons de gé­né­ra­tion et plus nous avons une bar­rette ca­pable de gé­rer ra­pi­de­ment les don­nées.

Peut-on mettre une DDR d’une version à la place d’une autre ?

Du haut vers le bas, nous avons une DDR SDRAM, DDR2 SDRAM et DDR3 SDRAM.

En re­gar­dant de plus près, on re­marque que sur le connec­teur de chaque ver­sion, celui-ci pos­sède un creux à des en­droits dif­fé­rents. Ce pe­tit creux est ap­pe­lé un dé­trom­peur. Un dé­trom­peur est un dis­po­si­tif, gé­né­ra­le­ment mé­ca­nique, per­met­tant d’éviter les er­reurs d’assemblage, de mon­tage ou de bran­che­ment.

La ré­ponse à la ques­tion est donc NON !

La fréquence

La vi­tesse est dé­fi­nie par la fré­quence de la mé­moire. Chaque fré­quence est as­so­ciée à une dé­si­gna­tion PCXXXX où XXXX re­pré­sente un nombre de 4 chiffres.

Il est pos­sible de mé­lan­ger dif­fé­rents types de dé­si­gna­tions en­sembles. Cependant, la carte mère va ca­li­brer la fré­quence uti­li­sable à la fré­quence la plus faible.

Le format

Le for­mat d’un or­di­na­teur de bu­reau est de type DIMM alors que pour les or­di­na­teurs por­tables, elle est de type SO-DIMM. Il se dif­fé­ren­cie prin­ci­pa­le­ment par la taille et le prix.

Le prix

Il est très dif­fi­cile de don­ner un chiffre pré­cis, car le prix est très va­riable sur le mar­ché de la mé­moire. On constate ce­pen­dant une sta­bi­li­sa­tion des prix de­puis ces der­niers temps. Voici un gra­phique per­met­tant de voir l’évolution des prix de quelques mo­dèles de mé­moires de­puis juin 2010 à avril 2011 :

Source : Presence-PC

Le timing

Cette in­for­ma­tion est ré­ser­vé avant tout aux gros joueurs de jeux vi­déo. Dans le cas contraire, il est in­utile de s’en pré­oc­cu­per lors de l’achat. Elle prend la forme de 4 chiffres : X-X-X-X. Sans ren­trer dans les dé­tails, ces chiffres per­mettent de dé­fi­nir le temps d’accès des in­for­ma­tions au sein des com­po­sants de la mé­moire vive.

Plus les ti­mings sont bas et mieux les ré­ponses sont meilleures.

La mémoire morte

Cette mé­moire, ap­pe­lée ROM (Read-Only Memory) pour mé­moire en lec­ture seule, est à l’opposition à la mé­moire vive c’est-à-dire qu’à chaque ex­tinc­tion, les don­nées sont gar­dées in­tactes. Cette mé­moire n’est donc pas vo­la­tile et est uti­li­sée prin­ci­pa­le­ment pour gar­der des don­nées in­dis­pen­sables pour le dé­mar­rage de l’ordinateur. Malgré cette ca­rac­té­ris­tique, il est tout de même pos­sible d’y écrire les don­nées des­sus pour une mise à jour par exemple, mais cette mé­moire reste fer­mée par le construc­teur.

Attention
J'aime 2 per­sonnes aiment cet ar­ticle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *